Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La clé des succès de Kittel : Son train

En plus d'être l'un, voir le sprinteur le plus rapide du monde, Marcel Kittel dispose d'un train d'une qualité incroyable, qui le met parfaitement sur orbite.

 

Décryptage :

 

L'homme qui mène le peloton : Cheng Ji.

Tous les jours où un sprint est à envisager, Cheng ji est le première homme de l'équipe Giant qui travaille. Cela dure de nombreux kilomètres. Il est quasiment le seul de l'équipe à rouler derrière les échappées. Les Giants laissent la plupart du temps ce travail aux autres équipes.

 

L'homme qui lance le travail final : Albert Timmer et Dris Devenyns

A 4 km de l'arrivée, les deux coureurs lancent le train de la Giant. Ils mènent alors le peloton à près de 60 km sur 1km chacun.

De Kort se charge de rouler du kilomètre deux jusqu’à la flamme rouge.

 

L'homme qui accélère encore : John Degenkolb

Sous la flamme rouge, John Degenkolb prend le relais pour un long sprint de 500 m. Lancé à vive allure John Degengolb, qui est l'un des meilleurs sprinteurs, roule à une vitesse qui empêche les autres équipes de le remonter. Tom Veelers est alors dans de parfaites conditions pour emmener Kittel.

 

Le poisson-pilote : Tom Veelers

Le poisson-pilote est le dernier coureur du train de Marcel Kittel. Son travail commence au 500 mètres. A fond, il met sur orbite Marcel Kittel qui, au panneau des 250 mètres, lance enfin son sprint. Kittel prend de la vitesse jusqu'a la ligne et devient alors très difficile à battre lorsqu'il est lancé dans de bonnes condition.

La clé des succès de Kittel : Son trainLa clé des succès de Kittel : Son train
Tag(s) : #Tour de France, #Train, #Giant, #Degenkolb, #Kittel, #poisson-pilote